l’Enfant intérieur !

Réflexions et TémoignagesAnnée 2016
l’Enfant intérieur !

S’aimer signifie s’occuper de soi même comme un parent aimant s’occuperait de son enfant. En tant qu’adulte, nous avons toujours un Enfant Intérieur en nous. Nous avons bien grandi depuis, mais concernant nos émotions, nous réagissons toujours comme un enfant…

Au fond de nous vit notre enfant intérieur. Il a quatre ans. Pendant que nous nous occupons des autres, de nos affaires, notre enfant intérieur se sent délaissé. Quand nous courons toujours pour rendre service, pour aider les autres, pour nous assurer que leurs besoins soient comblés, nous serons fatigué chaque soir et il y a beaucoup de risques pour que nous râlions, voir même, que nous pleurions dans notre lit. Nous avons des sautes d’humeur, parfois même des colères. Nous nous sentons souvent furieux sans savoir pourquoi, mais il y a une raison importante à cela, très importante.
C’est notre Enfant Intérieur qui essaie d’attirer notre attention. « Et moi ? Quand est-ce que tu t’occupes de moi ? ».

Imaginez que vous avez, en plus de vos enfants, mari, collègues, parents, et amis, un enfant de quatre ans. Vous ne vous occupez pas de lui. Dès qu’il tente de dire quelque chose et d’obtenir un peu d’attention, vous lui criez “Tais-toi!”. Vous lui dites que vous devez vous occuper de vos parents, de votre travail, de votre mari, de vos papiers, de vos amis, de vos autres enfants, de votre maison… Et que vous n’avez pas de temps pour lui !

Il n’y a rien de pire qu’ignorer notre Enfant Intérieur. Cela signifie que nous essayons de vivre comme si nous n’existions pas.

Il n’y a rien de pire que d’être infidèle à soi même !

Combien de temps avons nous ignoré ce que nous ressentions, pour plaire à quelqu’un d’autre ? Combien de fois avons nous dit à notre Enfant Intérieur : “Tais-toi, tu n’es pas important, l’autre est bien plus important que toi, laisse-moi tranquille” ? Terrible n’est-ce pas ? Et nous faisons cela chaque fois que nous choisissons le désir de l’autre avant le nôtre.

Que fera cet enfant intérieur quand il remarquera que les tentatives pour attirer notre attention sont vaines ? Il renoncera. Il dira : ”Je n’ai pas d’importance, on ne m’aime pas, personne ne veut s’occuper de moi, je n’en vaux pas la peine ”, et il déprimera. Nous déprimerons…

Bien sûr, nous croirons que ce sont les autres qui nous dépriment, le travail, nos enfants, notre mari ou nos parents.

Mais ce n’est la faute de personne d’autre… Uniquement la notre. Nous devons seulement apprendre à nous occuper de cet Enfant Intérieur qui, lui, souffre de notre manque d’attention.
Lorsque malgré ses nombreuses tentatives à attirer notre attention, il se rendra compte que nous ne l’écoutons toujours pas, il lui restera une seule solution: tomber malade. Ou il aura un accident. De cette façon-là, nous apprendrons peut-être enfin à écouter et à nous occuper de notre Enfant Intérieur. Il est réel, aussi réel, si ce n’est plus, qu’un véritable enfant.

Nous devons absolument apprendre à être un parent aimant pour notre enfant intérieur en écoutant ce qu’il nous dit et en agissant en fonction… En le défendant comme nous défendrions notre propre enfant. Il se sentira enfin entendu, aimé, sécurisé, valorisé. Nous serons enfin réparé.

[Les Blessures de l’Âme. – le 31-12-16]faceBook

Qu’a découvert notre ami Thierry Jamin sous ce crâne?

Année 2016
Qu’a découvert notre ami Thierry Jamin sous ce crâne ?

Je ne veux pas « avoir l’esprit tordu » mais ce crâne me rappelle quelque peu un visage qui est très bien connu par nos amis les ufologues et par les nombreux témoins face à face avec ce type d’étranger 😉 sans parler des vidéos qui se baladent sur le net.

Si la preuve en est faîte de son authenticité, personne ne pourra plus le nier ou le faire passer sous une exception génétique. Thierry Jamin a effectivement raison, il faut conserver à tout prix ces écrits ainsi que les photos pour éviter toute censure, une fois de plus. J’attends la suite avec curiosité.

« Bonjour à Tous,

Des analyses sont en cours concernant la peau de la fameuse tête momifiée. On nous a confirmé aujourd’hui qu’il s’agit TRÈS POSSIBLEMENT d’une peau, avec des cellules mortes et quelques autres substances encore non identifiées. Ce n’est ni du plâtre ni du carton-pâte…

Analysé en détails hier au microscope et à la caméra endoscopique, un anatomiste renommé de l’Université Nationale de Cusco confirme qu’il s’agit bien d’un crâne, fait d’os et constitué de diverses cavités et conduits propres à une véritable boite crânienne. L’enquête continue…

Diffusez ces infos pour qu’elles ne disparaissent… »

« Hola A Todos !

Análisis están en proceso concerniendo a la piel de la famosa cabeza momificada. Nos confirmaron hoy que se trataba MUY POSIBLAMENTE de una piel, con células muertas y algunas otras sustancias todavía no identificadas. Esto no es ni yeso, ni cartón, ni madera…

Analizado detalladamente ayer al microscopio y a la cámara endoscópica, un anatomista famoso de la Universidad Nacional del Cusco confirma que se trata bien de un cráneo, hecho de hueso y constituido por cavidades diversas y conductos limpios de un verdadero cojea craneana. La investigación continúa…

Que difundan estas informaciones para no desaparecer… »

« Dear Friends,
Analyses are in progress concerning the skin of the famous mummified head. We confirmed us today that it is possible tha is about a skin, with dead cells and some other still not identified substances. It is neither some plaster nor some pasteboard…

Analyzed in detail yesterday in the microscope and in the endoscopic camera, a famous National anatomist of the University of Cusco confirms that it is well a skull, made by bone and established by diverse cavities and conduits appropriate to a real cranial box. The investigation continues…

Broadcast this information so that they disappear… »

Me souvenir de mes rêves ?

Réflexions et TémoignagesAnnée 2016
Me souvenir de mes rêves ?

Qu’est-ce qui m’empêche de me souvenir de mes rêves ?

Nous rêvons tous, le seul problème vient du fait que nous nous en souvenions, ou pas. Quelle est donc, cette « anomalie », qui fait que nous oublions au réveil notre vie nocturne ?

En fait, plusieurs conditions peuvent nous bloquer.

1) Le fait de n’y porter aucun intérêt.

2) Le manque de sommeil. La nuit est faite tout d’abord pour nous reposer, j’ai rencontré dans ma vie beaucoup de personnes qui disaient n’avoir besoin que de 3 à 6h de sommeil par nuit. A n’en pas douter, elles le pensent réellement, mais leur point commun, est justement le non-souvenir des rêves. J’ai eu moi aussi une période, où je ne me souvenais que rarement de mes balades nocturnes, je dormais maximum 7h par nuit, et certaines fois entrecoupées. C’est à partir du moment où je me suis imposé 8h de sommeil minimum, que mes rêves sont arrivés à franchir la barrière de la réalité diurne.

3) Le stress du soir. « Comme on fait son lit, on se couche », l’excitation de la journée peut peser sur notre sommeil et nos rêves.

4) Le stress du matin. En effet, si dès le matin, nous devons nous dépêcher, penser à ce que nous devons faire, il n’y aura pas ce laps de temps nécessaire, pour se souvenir de ses rêves.

5) Le mental. Plus nos pensées tournent en boucle que ce soit le soir ou le matin, moins il sera facile, là aussi de se souvenir. Avec le mental, nous sommes dans la peur, et la peur bloque plus que l’on ne peut penser, que ce soit pour notre vie nocturne ou d’ailleurs pour notre vie diurne.

6) Les bruits extérieurs, qui nous réveillent. Un réveil trop fort… Les enfants qui hurlent… Ou qui sautent sur le lit… Etc…

7) Et enfin le fait de ne pas vouloir entendre ou dépasser quelque chose, le rêve est là, pour nous montrer notre chemin, mais aussi nos erreurs, etc. Si par exemple, un rêve vous fait voir que le choix que vous avez fait dernièrement, vous amène vers quelque chose qui n’est pas pour vous. Votre conscient risque tout simplement de bloquer le souvenir de vos rêves. Souvent, lorsque c’est le 7ème point qui est la cause du non-souvenir, nous pouvons nous réveiller la nuit ou le matin subitement, avec ce que j’appelle des yeux de hibou, et l’incapacité de pouvoir se rendormir dans la minute.

[Maia Larzabal Jude. – le 03-12-16]faceBook